Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce que nous voulons !

Pour un Programme Populaire et Partagé !

http://www.pcf.fr/sites/default/files/imagecache/preview/bandeau_ppp_site_0.png

PCF-TV

Web-TV du PCF

Place au Peuple 2012
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 19:20
La fête de l'Huma fut une réussite ! Plus de 600 000 participants sur l'ensemble de la fête, de nombreux débats et concerts...

Sur notre stand également, la fête fut une réussite, dont nous nous réjouissons. Le débat sur les alliances à gauche en amérique Latine, dans un contexte où partout sur la fête on réfléchissait aux alliances à gauche en France, fut particulièrement enrichissant.
 
Des groupes de musiques choisyens purent se produire sur notre scène, devant un public de fan et de visiteurs qui s'arrêterent nombreux à notre stand pour les écouter.

 Enfin, les célèbres moules-frites eurent leur succès habituels ! Un grand merci à tous ceux qui les ont préparés en cuisine !

 Retour en image : 09-09-12-Fete-Humanite 09-09-12-Fete-Humanite

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 10:30

Pour la fête de l'Humanité 2009, la section PCF de Choisy vous invite à débattre de :

La construction des alliances à gauche en Amérique Latine

Avec :

Obey Arment, responsable Amérique Latine pour le PCF,

Sergio Caceres, journaliste bolivien

Samedi 12 septembre à 14h30

sur le stand de Choisy-le-Roi,
Avenue Paul Vaillant-Couturier
Espace Val de Marne

Partager cet article

Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 14:27

Après les massacres et les destructions à Gaza,

En solidarité avec le peuple palestinien,


Pour construire un avenir de paix dans le respect du droit international,


La fédération du Val de Marne du PCF organise une soirée,


Débat
Témoignage Solidarité
Vendredi 13 mars à partir de 19h
à la Maison pour tous Youry Gagarine
6 avenue du 11 Novembre (Centre commercial des Mordrac)
à Champigny sur Marne

 

19h : Diner, buffet oriental

          Concert de « Barded et ses amis »

20h30 : Témoignages et débat avec

            Hind KHOURY, déléguée de l’Autorité Palestinienne en France

           Jean-Claude LEFORT, député honoraire du Val de Marne
           Fernand THUIL, Président de Association des villes françaises jumelées avec des camps de réfugiés palestiniens

Partager cet article

Repost0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 13:24

Il s’agit d’un compte rendu personnel, synthétisant selon mon regard les débats de cette journée.

La mondialisation est-elle irréversible ?

La pensée dominante veut faire apparaître la mondialisation comme un événement extérieur, sur lequel le politique n’a pas d’influence. Cela introduit l’idée qu’il ne reste que des marges à aménager au sein de la mondialisation et un certain fatalisme.

La mondialisation est un fait réel, et pour qu’il y’ait un changement majeur, il ne doit pas seulement avoir lieu en France, mais en Europe et dans le monde entier. Cela pose au premier plan la question du rôle des institutions internationales, Union Européenne, ONU, des relations internationales et aussi du développement durable.

Mais le monde change. Si l’Union Européenne semble aujourd’hui alignée sur l’impérialisme américain, d’autres « contre pouvoirs » ou du moins des rivaux émergent au sein du capitalisme. Les puissances nouvelles comme la Chine et l’Inde peuvent sans doute être qualifié ainsi. La vague de gauche en Amérique Latine est un changement tout aussi significatif. Y émergent des gouvernements qui veulent s’unir pour contrer le capitalisme.

Analyse du capitalisme

Le capitalisme apparaît unanimement comme en crise :

·      Economique (crise des subprime qui se transforme en crise du crédit généralisé, crise du pétrole, des matières premières)

·      Alimentaire,

·      Ecologique (réchauffement de la planête, spéculation sur le CO2 issu des accords de Kyoto)

·      Précarisation mondialisée (délocalisation)

Aujourd’hui, un milliards d’êtres humains sont ainsi en marge du développement.

Paul Bocara notamment a insisté sur le fait que la crise économique est profonde. Elle est la suite de nombreuses crises à répétitions depuis la fin des années 1990. La crise des subprime de l’été dernier se transforme aujourd’huien crise généralisé du crédit. (En aparté, cela a des implications directes sur la ville de Choisy-le-Roi, où nous rencontrons des difficultés à trouver des investisseurs pour construire des locaux à usage commercial sur la ZAC du port, les grandes entreprises immobilières souffrant de la crise du crédit internationale). Les masses énormes de capitaux financiers se transfèrent vers la spéculation sur les matières premières, pétrole, gaz, produits alimentaires, métaux, ce qui n’est pas sans conséquences sur leurs hausses.

Les traités de libre-échange, renforçant le pouvoir des multinationales au détriment des états apparaissent comme un des plus grands dangers du système capitaliste mondialisé.

Mais le capitalisme peut-il se réinventer et trouver une nouvelle forme pour survivre à cette crise, ou se détruira-t-il de lui-même ?

Alternative

(Avis personnel : Il s’agit là d’une faiblesse du PCF. Notre parti sait analyser finement les faiblesses du capitalisme mais à des difficultés à aller au-delà de propositions ponctuelles et d’aménagements pour répondre à un problème particulier afin de proposer une vision d’ensemble, un nouvel horizon.)

Le PCF ne peut être crédible que s’il propose un autre modèle de développement. Les ateliers du conseil national ont explorés plusieurs pistes :

·      Révolution économique, financière et sociale,

·      Révolution énergétique et écologique,

·      Révolution de la connaissance et de l’information,

·      Révolution de la démocratie.

En Amérique Latine, les gouvernements de gauche cherchent à construire de nouvelles institutions internationales, la Banque du Sud, la Communauté Sud-Américaine des Nations. Evo Moralès, président de Bolivie déclare également qu’il attend de la gauche européenne non pas une aide au développement, mais un appui au sein des institutions internationales afin que l’Amérique Latine puisse choisir sa propre voie de développement.

Le rôle de l’ensemble des institutions internationales doit être mis en avant. Un service public du crédit apparaît nécessaire face à la crise du crédit, mais le FMI ou la Banque Mondiale ne joue pas ce rôle. L’ONU est marginalisée par les USA. La FAO gère la crise alimentaire mondiale au sein du cadre fixé par l’OMC. Est-ce que ce ne devrait pas être l’inverse, la FAO organisant la politique alimentaire mondiale et définissant le cadre et comment le commerce peut se développer au sein de la politique alimentaire mondiale ?

Le cas des fonds souverains mérite également réflexion. Il s’agit de fonds d’investissements possédés par des états. Une sorte de capitalisme d’état au sein de la mondialisation, et le fond souverain de la Norvège s’est engagé à n’investir que dans les entreprises respectant les normes du Bureau International du Travail.

Concernant le développement durable, la décroissance comme solution à la crise paraît rejetée par la majorité. La décroissance impliquerait une réduction du niveau de vie et serait contraire à notre idéal d’émancipation. L’idée d’une agence de l’environnement est évoquée.

Partager cet article

Repost0

Agenda

Twitter

Blog des élus communistes

Adhesion

adhesion