Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce que nous voulons !

Pour un Programme Populaire et Partagé !

http://www.pcf.fr/sites/default/files/imagecache/preview/bandeau_ppp_site_0.png

PCF-TV

Web-TV du PCF

Place au Peuple 2012
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 16:00

Le week-end des 3 et 4 octobre marque une étape importante dans le chemin d’action des communistes et des forces progressistes. D’une part avec la détermination des élus communistes et républicains à leurs rencontres nationales pour porter très haut le niveau de riposte au projet de réforme des collectivités territoriales. Les analyses et propositions issues des débats sont mises dans le pot commun pour développer des actions larges et populaires, ouvertes à toutes les forces progressistes opposées à la liquidation des fondements de la démocratie locale.


Dans cette lutte historique, la responsabilité des communistes est immense pour faire comprendre la gravité des enjeux, initier des ripostes riches en contenu et mobiliser à tous les niveaux : des personnels des collectivités territoriales à l’ensemble des citoyens, des élus locaux aux collectifs de défense des services publics, des quartiers et villages jusqu’au Parlement, la riposte est urgente. Et elle doit prendre une ampleur jamais égalée.


D’autre part, ce 3 octobre est aussi une étape importante avec l’immense succès de la votation citoyenne sur la privatisation de La Poste, initiative dans laquelle nous nous sommes si fortement engagés. Le barrage du mépris et du mensonge est enfin rompu ! L’immense prise de conscience qui s’est manifestée par un résultat exceptionnel doit désormais nous conduire à une mobilisation encore plus forte pour obtenir le retrait du texte.


Plus que jamais, aujourd’hui, les victoires sont possibles dans des ripostes convergentes et massives. Alors que la politique conduite par Sarkozy tient de la tectonique, n’y répondons pas avec une truelle de plâtrier !

A télécharger : Communistes n°365 - 7 octobre 2009 - PDF - 1.2 Mo

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 11:34

La mobilisation des forces syndicales, politiques et associatives engagées dans notre collectif départemental et dans deux comités locaux aboutit à l’organisation de la votation citoyenne dans une cinquantaine de communes du département, soit 80 % de la population, ce qui va permettre aux Vauclusiens de se prononcer sur l’avenir de La Poste.


Des maires qui mettent à disposition « les maisons communes » pour que se déroule dans ces lieux officiels le référendum citoyen, aux consultations organisées sur les marchés, devant les bureaux de poste, la mobilisation s’annonce exceptionnelle. Le maire communiste d’Entraigues est menacé d’une forte amende pour « délit de démocratie locale  », la votation citoyenne ayant été décidée par son conseil municipal (référé administratif ce jour), voilà un signe de fébrilité pour le pouvoir qui craint plus que tout ce « front du refus » contre la privatisation de La Poste.


Accompagneronsnous ce front du refus dans les luttes du « front de l’alternative dans les urnes », en poussant le débat sur le service public postal du XXIe siècle, sur l’idée que le courrier et d’autres « biens communs  » doivent être gérés par des services publics modernisés et démocratisés, en définissant les biens communs qui aujourd’hui doivent échapper aux logiques de rentabilité financière  ? C’est à cette réponse et d’autres que travaillent les communistes pour donner à voir ce que pourrait être un nouveau projet de développement humain durable avec des déclinaisons régionales et nationales, un projet pour approfondir et élargir le Front de gauche et lui conférer une vocation majoritaire.



A télécharger : Communistes N° 364 - 30 septembre 2009 PDF - 1.1 Mo

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 12:48

Il y a maintenant un an à Toulon que Sarkozy en appelait à la moralisation du capitalisme. Son discours marquait au moins dans les mots une prise de conscience de l’ampleur de la crise et de ses effets dévastateurs.

A l’ONU, au G20, il va reprendre ces thèmes sur la nécessaire régulation du capitalisme qui ne peut pas être une fin en soi, sur la nécessité d’agir contre la crise écologique. On peut toujours dire que ses propositions ne sont pas suffisantes, qu’elles dévoient des aspirations justes mais cela ne suffit pas. En se situant au niveau du projet de société et des enjeux de civilisation, le chef de l’UMP impose sa logique régressive. Bien sûr chacun constate chaque jour les dégâts de sa politique : chômage, précarité, suppression de la taxe professionnelle, taxe carbone inefficace et injuste, privatisation de La Poste…Mais là encore, cela ne suffit pas tant que ne se dessine pas une véritable alternative en termes de propositions et d’avancée de civilisation. Alors, anticapitalisme, socialisme du XXI

 

e siècle, post-capitalisme, visée communiste, peu importe les mots s'ils n’interdisent pas le dialogue entre forces alternatives et qu’ils disent l’ambition du projet nécessaire à construire.

Les communistes ont maintenant la responsabilité de l’élargissement et de l’approfondissement du Front de gauche. Élargissement car il a vocation à être majoritaire. Approfondissement car seul un travail de propositions pour ici et maintenant articulées aux luttes et qui donnent à voir une transformation progressiste de la société peut le rendre durable et permettre son élargissement.

A télécharger :
Communistes n°363 - PDF 1.1 Mo

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 08:46

A deux jours de l’ouverture de la Fête de l’Humanité, une chose est d’ores et déjà assurée : l’édition 2009, celle du 150e anniversaire de la naissance de Jean Jaurès, sera très politique. A droite, au centre, à gauche, on tire des plans, on projette et on recompose. On le sent bien, la période qui s’ouvre sera déterminante, notamment pour faire dérailler le scénario qui vise à tuer l’idée d’une autre politique face à la crise, à interdire l’espoir d’un rassemblement progressiste durable pour réellement changer les choses.


Alors vite, que le peuple de l’Huma s’en mêle, qu’il s’invite à la table des discussions, qu’il se saisisse des grandes questions de la période. On le sait bien, ce grand laboratoire de fraternité et de convivialité, de culture et de débats, sera le tremplin des luttes et des ripostes, des alternatives et des idées neuves. Nous vous donnons rendez-vous sur le stand national des communistes.


Ça va se voir, ça va s’entendre. « Communistes, comme un grand ciel » : cette invitation, poétique et audacieuse, propose en fait un voyage. Jamais le capitalisme ne sera notre unique horizon parce que nous aimons trop la liberté. Nous sommes convaincus que nous pouvons faire autre chose, ensemble.

Notre grand ciel est bien plus ambitieux que les horizons bouchés qu’on nous assène sans cesse.

Alors vite, rassembleurs, passionnés, les communistes se comporteront sur la Fête en hôtes disponibles et attentifs pour faire écho aux colères sociales, pour mettre au niveau le débat à gauche, pour renforcer un collectif qui, dès les stands démontés, engagera la préparation des dix jours de mobilisation décidés par le Conseil national

A télécharger : Communistes N°361 - 9 septembre 2009 - PDF - 3.4 Mo

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 08:32

Au sortir des universités, un constat, ça bouge à gauche ! Certes, avec des contradictions. Mais l’idée que dans ce capitalisme en crise une alternative réelle est à construire progresse au fil des débats. Les communistes s’en félicitent et veulent aller plus loin. D’abord clarifier les enjeux : la conquête du pouvoir n’est pas une fin en soi. Marie-George Buffet a clairement dénoncé les impasses que constituent toute alliance avec le MODEM ou l’organisation de primaires à gauche pour les présidentielles.


Ensuite concentrer nos efforts sur la construction de majorité politique clairement ancrée à gauche et capable de porter des ruptures avec les logiques capitalistes. Nous ne voulons pas être complices de renoncements au changement et nous ne voulons pas nous cantonner dans un anticapitalisme sans alternative.


Nous sommes clairement altercapitalistes. Fidèles à nos engagements, nous voulons poursuivre, enraciner, élargir la démarche du Front de gauche, sans limitation a priori du périmètre de ce front.

Comme nous l’avons fait aux élections européennes, nous partons d’une réflexion sur les contenus et nous proposons une démarche de rassemblement. C’est à nos partenaires potentiels qu’il appartient de répondre.

Agissons vite pour lancer dans tout le pays le débat citoyen nécessaire. Avec exigence sur trois questions essentielles  : Quelle utilisation de l’argent ? Quel pouvoir et pour qui ? Quel nouveau type de développement ?


Le débat sur la « taxe carbone » montre bien les limites actuelles du débat à gauche. Il contourne la responsabilité sociale et écologique des entreprises et la définition des politiques publiques nécessaires à la réduction des inégalités et au respect des équilibres écologiques. Vite, démultiplions l’effet université.

A télécharger : Communistes N°360 - 2 septembre 2009 - PDF - 1.7 Mo

Partager cet article

Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 08:23

Edito :

Durant l’été la droite a travaillé à élargir ses bases politiques et a continué - au gouvernement - de faire feu de tout bois : retraite, travail du dimanche, privatisation de La Poste, collectivités territoriales, fiscalité…

De leurs côtés les salariés ont déployé leur énergie pour s’opposer aux fermetures de leurs entreprises… Lors des élections européennes, celles et ceux qui souffrent de cette politique s’étaient abstenus en grand nombre, faute de se reconnaître dans un projet qui les mobilise même si le vote pour le Front de gauche avait été, pour celles et ceux qui s’en étaient emparés, un vote d’espoir pour la gauche.


Eh bien il faut le reconnaître, le triste spectacle donné par une partie de la gauche ce week-end n’est pas de nature à donner envie au mouvement populaire de se mobiliser  ! Et pourtant, une alternative de gauche à la politique du gouvernement est indispensable.


Elle ne peut voir le jour sans choisir de répondre autrement aux questions de l’emploi, du pouvoir d’achat de la démocratie.


Voilà ce à quoi il faut s’atteler : construire les réponses rompant avec la logique libérale du capitalisme, construire les réponses fondées sur les intérêts du peuple.


C’est cela que l’on attend de la gauche, c’est cela qui lui permettra d’être victorieuse et de battre Sarkozy et sa politique. Et c’est cela que veut contribuer à faire le PCF.


Avec ses partenaires du Front de gauche et avec toutes les forces qui à gauche veulent participer à l’élargir jusqu’à le rendre majoritaire.


C’est dans cette perspective que les militantes et militants communistes préparent la fête de l’Humanité.


Brigitte Dionnet

Partager cet article

Repost0

Agenda

Twitter

Blog des élus communistes

Adhesion

adhesion